Pas de fruit au repas : Info ou Infox ?

N'avez-vous jamais entendu dire qu'il fallait éviter de consommer des fruits pendant ou à la fin des repas ? Je vous propose de démêler le vrai du faux avec moi.

L'explication fournie par ceux qui répandent cette idée ?

Si nous mangeons des fruits à la fin du repas, ils restent au-dessus des autres aliments dans l'estomac. Ces derniers empêcheraient les nutriments des fruits d'être bien absorbés. Les enzymes digestives seraient alors moins efficaces si plusieurs groupes se retrouvaient en même temps dans l'estomac. Enfin, en gardant les fruits longtemps dans l'estomac, ils créeraient une fermentation à l'origine de symptômes tels que les ballonnements et les gaz.

Ce qu'il se passe en réalité !

  • La fermentation n'existe pas dans l'estomac.

Une fermentation nécessite des bactéries ! L'estomac est une "poche" riche en acide chlorhydrique, ce qui veut dire qu'il y a très peu de bactéries. Il faudrait en moyenne 6 à 10 heures pour qu'un aliment atteigne le côlon... Vous comprenez donc que le moment du repas auquel le fruit est consommé importe peu.

  • La consommation d'un fruit à la fin du repas n'augmente pas l'acidité de l'estomac.

Le pH de l'estomac est bas donc très acide entre les repas. Pendant un repas, le pH augmente et donc toute consommation d'aliment, et donc de fruit diminue ponctuellement l'acidité de l'estomac. Cependant, une étude a montré qu'un repas riche en protéines réduit plus l'acidité gastrique qu'un repas riche en glucides. On comprend donc qu'il vaut mieux consommer sa portion de fruit au moment du repas plutôt qu'à distance.


  • Les sucres des fruits se transforment en alcool dans l'estomac.

Le fructose et le glucose ne sont pas métabolisés dans l'estomac, mais dans les tissus après le passage dans l'intestin et le transport sanguin. Ils entrent dans la production d'énergie par les cellules, c'est la glycolyse. Une petite partie des glucides est utilisée par la flore intestinale et fermentée par des bactéries pour produire de l'alcool. Cette production est estimée à 0,000039 g/dL. La limite de détection des éthylotests en France est de 0,01 g/dL. La contribution des glucides à l'alcoolémie est donc infime. Si des personnes ne consommant pas d'alcool développent des cirrhoses, c'est plutôt par excès de glucides dans le régime alimentaire qui conduit à une infiltration du foie par les graisses.

Je décide de prendre rendez-vous avec ma diététicienne, je clique ICI